Contactez nous sur WatsApp

Le piyut - Chant des communautés juives. Historique des origines à nos jours

LP

Nouveau produit

Parallèlement à l'écriture de la Loi orale dans les Talmud, la prière publique était transcrite dans des siddurim
bien avant le rituel officiel de Rav Amram Gaon, qui a servi ulté-
rieurement de modèle.
Bien que le chant soit déjà présent dans la prière, via le chant de la Mer
de Moïse, les Psaumes de David, le chant de Nishmat, d'autres chants
vont apparaitre, couronnement de la prière publique et début de la
littérature des piyutim.
Notre ouvrage suit l'histoire du piyut (chant, poème), de ses apports
nouveaux et variations multiples. Tous les Maitres ont été situés chacun
avec son apport spécifique dans le mouvement du chant liturgique, dans
les rituels ashkénazes et séfarades.
L'étude des textes nous a amené à suivre la correspondance en langue
hébraique entre Menahem ben Seruq, Hasday bar Shaprut (10' siècle)
ministre du Califat de Cordoue, et Yosef roi des Kazars, nous incitant
à présenter la géopolitique du royaume des Kazars qui avait adopté la
religion juive, ce qui fit grand bruit à l'époque.
Certains piyutim du Moyen Âge évoquent souvent le mauvais ail.
C'est pourquoi nous avons traité le fondement des notions de bon œil et
mauvais ail, à travers toute la littérature de la Tradition depuis la Bible
jusqu'à Rambam et le Shulhan Arukh.
Ceux qui ont l'habitude de suivre les chants liturgiques trouveront ici
des renseignements sur 127 auteurs, ce qui est rarement précisé.
Un index des mots-clés (2 000 items), facilite les consulations rapides.

15,17 €

  • Soyez le premier à donner votre avis !

    Donnez votre avis

    Le piyut - Chant des communautés juives. Historique des origines à nos jours

    Le piyut - Chant des communautés juives. Historique des origines à nos jours

    Parallèlement à l'écriture de la Loi orale dans les Talmud, la prière publique était transcrite dans des siddurim
    bien avant le rituel officiel de Rav Amram Gaon, qui a servi ulté-
    rieurement de modèle.
    Bien que le chant soit déjà présent dans la prière, via le chant de la Mer
    de Moïse, les Psaumes de David, le chant de Nishmat, d'autres chants
    vont apparaitre, couronnement de la prière publique et début de la
    littérature des piyutim.
    Notre ouvrage suit l'histoire du piyut (chant, poème), de ses apports
    nouveaux et variations multiples. Tous les Maitres ont été situés chacun
    avec son apport spécifique dans le mouvement du chant liturgique, dans
    les rituels ashkénazes et séfarades.
    L'étude des textes nous a amené à suivre la correspondance en langue
    hébraique entre Menahem ben Seruq, Hasday bar Shaprut (10' siècle)
    ministre du Califat de Cordoue, et Yosef roi des Kazars, nous incitant
    à présenter la géopolitique du royaume des Kazars qui avait adopté la
    religion juive, ce qui fit grand bruit à l'époque.
    Certains piyutim du Moyen Âge évoquent souvent le mauvais ail.
    C'est pourquoi nous avons traité le fondement des notions de bon œil et
    mauvais ail, à travers toute la littérature de la Tradition depuis la Bible
    jusqu'à Rambam et le Shulhan Arukh.
    Ceux qui ont l'habitude de suivre les chants liturgiques trouveront ici
    des renseignements sur 127 auteurs, ce qui est rarement précisé.
    Un index des mots-clés (2 000 items), facilite les consulations rapides.

    Donnez votre avis

30 autres produits dans la meme categorie: